Un rapport gouvernemental publié jeudi 26/04/2018 indique que le taux d'autisme aux Etats-Unis a grimpé pour atteindre un enfant sur 59 contre un enfant sur 68 selon de précédentes estimations. Ce problème devenant donc un problème "urgent" de santé publique. A ce jour, des dizaines de millions d’enfants souffrent d’un trouble du déficit de l’attention ou d’hyperactivité (TDHA) ou encore d’autisme. La prévalence de l'autisme aux Etats-Unis était seulement de 1 sur 5.000 en 1975 et n'a cessé de monter ces dernières années, augmentant de 150% depuis l'an 2000, ont ajouté les CDC.
 
En général, les enfants qui souffrent de ces troubles sont très intuitifs et très créatifs.
 
Les scientifiques ont cru, un temps, que le TDHA ou l’autisme étaient liés à une mauvaise écologie intestinale en encore de la présence du candida… C'est en réalité l'arbre qui cache la forêt. A ce jour, les médecins ignorent encore tout du phénomène de l’autisme.
 
Selon Anthony William, dans son libre Medical Medium, l’autisme serait dû aux métaux lourds présents dans le cerveau.
 
Un enfant peut recevoir du mercure par sa mère in utero. Le mercure aurait la propriété de se transmettre de génération en génération. De plus, nous sommes très exposés de nos jours aux métaux lourds. Les canettes de boissons sucrées sont fabriquées en aluminium par exemple. Le papier alu est très utilisé en cuisine pour protéger les aliments. On en trouve aussi dans le bâtiment. Le mercure et l’aluminium sont également présents dans les pesticides, les fongicides et les herbicides...
 
On en trouve dans les amalgames dentaires. Ne parlons même pas des vaccins et de leurs adjuvants.
 
Anthony William annonce que le mercure et de l’aluminium sont particulièrement présents au niveau du sillon médian du cerveau (fissure qui sépare les deux hémisphères). A cet endroit il y a un échange énergétique entre les deux hémisphères favorisant l’échange d’informations.
 
Un métal toxique situé dans ce sillon bloque donc les transmissions électriques et énergétiques entre les hémisphères, obligeant le cerveau à « s’adapter ». C’est comme si on tentait de bloquer un cours d’eau – l’eau empruntera un autre chemin. De ce fait, l’enfant se met donc à utiliser des zones cérébrales particulières car les influx nerveux stimulent ces zones. Les enfants atteints de TDAH et d’autisme développent des neurones spéciaux, essentiellement au niveau du lobe frontal et au niveau du système limbique dont le rôle est de traiter les émotions, les désirs et les comportements.
 
Avant l’âge de 18 ans, il est plus facile de chasser les métaux lourds par une alimentation particulière. Vers l’âge de 18 ans, le sillon médian se referme et les deux hémisphères se rapprochent l’un de l’autre.


Actuellement les médecins peuvent prescrire des amphétamines mais il semble que sur le long terme, cela fatigue les surrénales et donc provoque une extrême fatigue et une forte anxiété.


Ces enfants peuvent réclamer une alimentation « riche » en sucre ou en calories.  C’est parce que son cerveau réclame du glucose. Anthony William préconise de limiter très fortement le gluten ainsi que les aliments et aditifs toxiques : mais, , huile de colza, glutamate de sodium et aspartame. Dans la liste ci-dessous, certains produits seront très utiles pour chasser les métaux lourds et autres toxines, réparer les tissus cérébraux et favoriser les échanges neuronaux, fournir du glucose au cerveau et calmer le mental : myrtilles sauvages, coriandre, huile de noix de coco, céleri, bananes, mûres, avocats, fraises et graines de lin.

 

Il préconise de bannir la "malbouffe" et de manger régulièrement : 

  • Spiruline : élimine les métaux lourds. Participe à la création de nouveaux neurones et renforce les neurotransmetteurs.
  • Vitamine B12 (sous forme de méthylcobalamine et/ou d’adénosylcobalamine) : fortifie le cerveau et le système nerveux central.
  • Ester-C : forme de vitamine C qui participe à la réparation des neurotransmetteurs et stimule les surrénales. Purifie le foie et chasse les toxines.
  • Zinc : fortifie le système endocrinien (surrénales, thyroïde et thalamus) et favorise l’action des neurotransmetteurs.
  • Mélatonine : calme l’inflammation cérébrale et participe à la réparation des neurones.
  • Mélisse : calme l’inflammation et apaise le système nerveux central. Tue les virus, bactéries et champignons irritant le système digestif et provoquant des allergies alimentaires.
  • Magnésium : favorise la pensée, l’apprentissage, la mémoire, la lecture et la parole. Calme le système nerveux.
  • Gingko biloba : chasse le mercure du cerveau et apaise l’inflammation.
  • GABA (ou acide y-aminobutyrique) : fortifie les neuropeptides et les neurotransmetteurs et calme le système nerveux central.
  • Vitamine B : Nourrie le cerveau et le tronc cérébral
  • Ginseng : fortifie les surrénales
  • Probiotiques (de qualité) : stabilisent le système digestif, renforçant la fonction immunitaire.
  • EPA (acide eicosapentaénoïque et le DHA (acide docosahexaénoîque) d’origine végétale: participent à la réparation des neurones.

Pour approfondir, voici un article à lire extrait de la revue "Soignez-vous!" de septembre 2002 (numéro 26). Publication bimensuelle (Editeur : DIP / Santé Port Royal). Conseil éditorial : Michel Dogna, Laurence Deguel, Alain Dumait, Alexandre Imbert.